Je ne sais pas dire NON !

Vous avez encore accepté de garder le chat de Mme Michu !? (un vieux matou agressif qui laisse des poils partout)

Vous avez encore passé 2 heures à écouter les états d’âme de votre copine Lucie  qui ne sait pas choisir entre ses deux hommes du moment !? (alors que vous êtes célibataire et avez un rendu client important demain matin) ?

Vous n’aviez pas envie et pourtant vous n’avez pas su dire NON ?

 

C’est décidé, aujourd’hui ça va changer !

Pourquoi aujourd’hui ? parce qu’aujourd’hui vous avez décidé de monter votre boite !

Oui mais quel rapport avec le fait de créer mon activité professionnelle ?

Vous pensez que vous serez plus libres en créant votre boite ? Ce n’est que très partiellement vrai ! Vous allez devoir travailler beaucoup, sans le cadre fixe (et parfois protecteur) d’un bureau et vous allez être très sollicitée !

Ça je le sais, mais le NON dans tout ça ?

 

Les premiers à qui vous allez devoir apprendre à dire NON, ce sont vos proches !

Vous montez votre boite à la maison, mais ce n’est pas pour autant que vous devez courir toute la journée pour porter les chemises de Jules (qui LUI travaille) au pressing, la voiture au garage, sans parler des courses, du ménage etc..

NON ! Maintenant vous aussi travaillez, et il faut le lui faire comprendre tout de suite !

Idem avec les enfants ! Apprenez à dire NON à Zoé qui vient jouer du xylophone quand vous êtes au téléphone avec Monsieur Du Contrat, (mais ménagez des plages sans téléphone, pour raconter l’histoire du petit kangourou qui a sauté dans les nuages)

Idem pour la copine (voir ci-dessus) dont la vie n’est pas en danger !

Bon d’accord, vous allez dire NON et poser des limites à vos proches mais à vos clients vous allez dire OUI..

Pas si vite ! Bien sûr, vous voulez des clients mais l’avenir de votre travail, de votre réputation et de votre bien-être dépend des choix que vous allez faire.

 

Quand on débute, on a envie de dire OUI à tout, mais c’est un mauvais calcul !

La mission qui ne vous enthousiasme vraiment pas, ne sera pas celle où vous allez être la plus performante et vous avez besoin des retours positifs de vos clients.

Accepter des clients trop éloignés de votre cœur de cible peut également brouiller l’image professionnelle que vous souhaitez donner de vous.

Et puis il y a aussi les éventuels partenaires : si votre activité a bien démarré, et semble prometteuse, vous allez attirer des gens à vous et c’est super ! Attention toutefois à ne pas céder trop vite aux sirènes du partenariat sans avoir soigneusement étudié les conditions, ou pire encore à la copine qui adooore ce que vous faites et veut s’associer avec vous !

Alors ce ne sont que quelques exemples mais OUI, il va vraiment falloir apprendre à dire NON !

Essayons de comprendre pourquoi le NON nous est difficile, comment s’entrainer à retrouver son pouvoir d’affirmation et comment le manier à bon escient.

 

Pourquoi ai-je du mal à dire NON ?

Alors que le petit enfant commence à dire NON avant de dire OUI, nous perdons petit à petit cette facilité à affirmer notre refus.

Nous pouvons avoir des raisons différentes d’avoir du mal à dire NON : sens du devoir, peur de la critique, culpabilité, peur de décevoir, peur de blesser.

Mais également envie de faire plaisir et envie de se sentir utile voire indispensable.

De façon générale, la difficulté à dire NON nous renvoie à la peur de ne pas être appréciée, reconnue ou aimée.

Dire NON, c’est accepter de ne pas être parfaite et renoncer à ce petit plaisir narcissique d’être le sauveur..

Selon votre schéma décisionnel, vous pouvez avoir du mal avec certaines personnes plutôt que d’autres, en fonction de vos relations avec elles, supérieure ou subordonnée, contexte professionnel ou familial, etc..

La connaissance de votre structure psychologique et de vos modes de décision préférentiels (intuitif, relationnel ou rationnel) peut vous aider à mieux appréhender les raisons pour lesquelles il vous est difficile de dire NON.

Le test Ennéagramme inclus dans mes forfaits d’accompagnement apporte notamment de précieux enseignements sur ces sujets.

 

Le pire c’est que je m’en veux !

Si OUI semble de prime abord plus facile à dire, l’acceptation systématique est une stratégie perdante : Sitôt le fameux OUI exprimé, vous le regrettez déjà !

Commence alors le cercle infernal de la culpabilité (je n’aurais pas du !), du dénigrement (je suis trop gourde !), voire de la rancœur (je me fais toujours manipuler !) et en tout état de cause du stress (comment vais-je faire pour m’en sortir ?)

Qui plus est, à toujours tout accepter, vous vous dévalorisez aux yeux des autres, et devenez la « bonne poire » qu’on remercie à peine.

 

Comment puis-je m’améliorer ?

Maintenant que vous avez pris conscience du mécanisme, voici comment vous entraîner à dire NON :

1. tout d’abord, accordez vous un délai pour répondre, c’est primordial !

Il est plus facile de dire NON après réflexion qu’après avoir dit OUI !

2. prenez le temps de vous écouter avant de répondre : 

  • avez-vous l’impression de vous sacrifier ?
  • vous sentez vous angoissée ou contrariée ?
  • la demande est-elle justifiée ?
  • est elle gérable dans le temps et compatible avec vos priorités ?

3. réfléchissez aux véritables conséquences de votre refus 

  • quelles conséquences pour vos relations avec la personne
  • quelles conséquences pour votre image
  • quelles conséquences pécuniaires
  • hiérarchisez les réponses

4. une fois que vous avez établi que vous allez refuser, abordez le sujet calmement, trouvez le bon ton, ferme et non agressif

5. structurez votre réponse

  • reformulez le contexte
  • énoncez les conséquences pour vous
  • nommez le cas échéant l’émotion ressentie

6. donnez deux arguments, pas plus, pour justifier votre refus

7. n’en donnez pas d’autres même si la personne insiste

(ce qu’on appelle la tactique du disque rayé, très efficace !)

 

La bonne nouvelle, c’est que plus vous allez dire NON, plus cela sera facile pour vous !

Vos interlocuteurs vont également apprendre vos limites, éviteront de vous solliciter à tout bout de champ, et vous respecteront davantage ! (si si, même Zoé !)

Alors si cet article vous parle, posez-vous un challenge : entraînez-vous à dire NON une fois par jour !

Au début, faites des refus faciles : NON à Céline Durand qui vous appelle toutes les semaines pour les crédits d’impôts, NON au traiteur du coin qui veut absolument que vous preniez la formule alors que vous ne mangez pas de dessert.

Et puis la semaine suivante, vous montez d’un cran : NON au film afghan non sous titré que vous n’avez pas envie d ‘aller voir avec votre pote Gustave, (qui vous jure que vous êtes la seule assez cool pour y aller avec lui !), NON à votre fils qui ramène 5 copains (trop cools eux aussi) à déjeuner tous les jours…

Ainsi de suite pour arriver à vous affirmer concrètement dans votre sphère professionnelle : NON au prestataire informatique qui veut vous vendre une prestation mensuelle dont vous n’avez pas besoin, NON à la cliente désagréable et systématiquement en retard, NON à ce dossier client qui sort de vos compétences et va vous demander un temps fou pour un encaissement minime…

Et également psychologiquement : NON au découragement face à la dame de la Chambre de Commerce qui vous dit que vous ne rentrez pas dans les cases, NON à la tentation d’aller à la zumba au lieu de terminer votre site internet…

 

Notez et félicitez-vous pour chaque victoire, et surtout, surtout, savourez les vrais OUI entiers, généreux et enthousiastes que vous allez enfin dire !

Psssit : des doutes, des questions ? profitez des prochaines semaines pour bénéficier d’une séance découverte consacrée à votre projet !

 

Et pour aller plus loin : 

A lire sur le blog : l’Ennéagramme

Le culturogramme de Psychologie Magazine : savoir dire non

Quelques livres pour approfondir le sujet :

  • Savoir dire non de Marie Haddou, un classique, écrit par une psychologue (J’ai lu, 2000)
  • Je ne sais pas dire non… : Quand faire plaisir aux autres rime avec oubli de soi de Karine Dahan  (Eyrolles, 2013)