5 questions à Catherine Allibert, une histoire de ninjas et de samouraïs

Catherine est… étonnante ! Elle est à la fois écrivain pour enfants et accompagnatrice pour enfants expatriés dans l’univers de la langue française ! Deux casquettes qui n’en font qu’une quand on sait qu’elle propose aux enfants de relever le challenge d’écrire un livre pour les amener à pratiquer notre belle langue !

« Bonjour Catherine et merci de partager avec nous ton expérience de Femme et Entrepreneure, Ici ou Ailleurs !

Catherine, tu t’es lancée dans cette superbe histoire alors que tu es expatriée à Albany, dans l’état de New-York, prête à nous en dire plus en 5 questions ?

Oui ! Euh.. c’était la première question ?

1. Pourquoi la création de Une histoire de ninjas et de samourais ?

Parce que ! Na !
Vous voulez en savoir plus ? Vraiment ?

Le nom vient de la première histoire que j’ai racontée à mes enfants lors de longs voyages sur les routes américaines. L’un voulait des ninjas, l’autre des samouraïs ! J’ai donc fait une histoire qui contenait les deux. Ça a été le déclic. J’adore raconter des histoires !

Mon expatriation m’a permise de remettre en cause beaucoup de choses et entre autres mon travail. De salariée, j’ai décidé de devenir auto-entrepreneur. Le cap a été difficile à passer mais désormais, l’indépendance me va très bien !

J’ai détecté un problème récurrent chez les expatriés (et chez moi !): nos enfants, trop longtemps baignés dans une langue étrangère, ont tendance à mettre le français au placard à notre grand dam à nous, parents. Personnellement les méthodes académiques ne me convenaient pas : difficile donc de les faire aimer à mes enfants !

J’ai donc imaginé une autre solution : les inviter à écrire un livre en français ! J’ai particulièrement fait attention aux besoins des enfants expatriés, en terme de rythme et d’exigence de niveau de français. La discipline et la rigueur de la langue (le côté samouraï), alliées à l’audace et la liberté d’expression (le côté ninja), ça résume assez bien mon approche !

Je m’inspire beaucoup de la pédagogie positive, de la bienveillance parentale et bien sûr de mes secrets d’écrivain !

2. Quels ont été les challenges auxquels tu as été confrontée, en tant que femme, qu’entrepreneure et qu’expatriée ?

Le tout premier challenge a été celui d’oser. Pas facile de se lancer dans une société où l’on entend souvent : « attention, c’est la crise ! » ou « la concurrence est forte ! » ou encore « tu ne pourras pas vivre de ça! » Cela résonne souvent avec notre petite voix intérieure qui dit « J’ai peur ! ».

Le grand chamboulement de l’expatriation m’a fait sortir de ma zone de confort et m’a permis de me dire « Et si… ».

Le deuxième challenge a été d’assumer ce choix, de se sentir complètement engagée et de persévérer. Challenge réussi quand on sait que je me lève tous les matins à 5 heure, le sourire aux lèvres !

3. Quelle est ta plus grande réussite ?

Les petites étoiles dans les yeux des enfants, ceux que j’accompagne comme ceux qui écoutent mes histoires !

4. Catherine, quels sont tes projets, un autre rêve à réaliser ?

La liste est longue ! Mon premier projet est la sortie de mon livre « une histoire de ninjas et de samouraïs » et des petites histoires pour enfants que je propose actuellement à la classe de mon fils.
J’ai aussi dans les tuyaux la création d’ateliers d’écriture en ligne toujours dans l’idée d’inviter les enfants à écrire plus !

Enfin, j’ai très envie d’aider les parents que je sens souvent démunis face à l’apprentissage (du français ou d’une autre matière !). Mes vidéos mensuelles sont un début, mais je voudrais aller plus loin. Peut-être un livre ?

5. Ton conseil aux Femmes et Entrepreneures, Ici ou Ailleurs ?

Trois, je peux ?

Le premier, c’est d’oser rêver ! Nous vivons dans un monde où tout semble impossible. Ouvrir son imagination est le début d’une incroyable aventure.

Le deuxième, c’est s’entourer : trouvez des personnes qui sont dans le même d’état d’esprit que vous, et vous vous sentirez pousser des ailes !

Le dernier, c’est passer à l’action ! Trop souvent nous sommes coincés, nous n’osons pas, nous avons peur. Un premier pas, si petit soit-il, permet souvent de vaincre bien des résistances. »

Si vous voulez en savoir plus sur Catherine, découvrez son site : Une histoire de ninjas et de samouraïs

Vous pouvez aussi la suivre sur la page facebook !